• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 22 septembre 2008

22 septembre, 2008

un prince a écrit..

Classé dans : off-off — ¤ @ 23:30

un prince a écrit.. dans off-off le-prince-en-regardant-le-serpent

Je crois que nous nous trompons de diagnostic et de cible: laissons de côté notre Président; d’autres pays eurent en leur temps des responsables indignes à leur tête et s’en relevèrent. 

 La question qui reste posée, c’est “pourquoi est-il là ?”; pas “qui l’y a mis ?” (conspiration globale des maîtres du monde ?) ou “à qui la faute ?” (conspiration archéo-socialiste ?). Ces deux questions me paraissent des leurres destinés à éviter le point qui fait mal: NS a été élu parce qu’il a pu susciter l’émergence d’une majorité qui pensait qu’avec lui elle pourrait améliorer son sort _aux dépends_ des autres. Cette majorité est bien plus disparate qu’elle n’y paraît; en fait, elle est peut-être plutôt composée d’un conglomérat de minorités qui espèr(ai)ent améliorer leur sort _aux dépends_ d’autres minorités dont elles s’excluent d’emblée, ce qui n’empêche pas ces minorités antagonistes de se retrouver dans la majorité présidentielle ! La France qui se lève tôt contre les allocataires fainéants, les allocataires en manque de pouvoir d’achat contre les fonctionnaires inutiles, les entrepreneurs contres les fortunes établies, les fortunes établies contre les envieux qui jalousent la réussite etc. 

C’est cet attelage disparate (que j’ai la naïveté de trouver assez nouveau mais c’est peut-être une illusion; finalement, je préférerais être détrompé) qui a pu donner l’impression que “les lignes bougeaient” jusqu’à donner le tournis. Que les lignes bougent n’est pas un problème; c’est d’ailleurs leur raison d’être, cela leur est arrivé déjà bien souvent et sans jamais provoquer cette impression de confusion mal peignée. 

C’est quelque chose de plus profond, de plus grave que cela; avec l’émergence de cette majorité du tous contre tous sans grande structure idéologique sous-jacente (à moins de considérer l’intérêt comme soubassement idéologique ultime (*)), c’est l’idée même du “vivre-ensemble” et de la solidarité comme notion inconditionnelle (et non comme notion seconde, subordonnée à une valeur première, travail, entre autres, qui y donnerait accès “au mérite”) qui est remise en question. Il faudrait être plus savant que je ne le suis pour essayer d’articuler cela proprement comme effondrement de la notion de reconnaissance préalable et son remplacement par un régime de la preuve a posteriori (preuve qu’on est français, qu’on travaille, qu’on ne va pas récidiver etc) (**). 

La majorité présidentielle pourra se prendre la plus belle tôle possible aux municipales (ce qui n’est même pas certain), cela n’y changera rien: que les différentes minorités déçues boudent les candidats de droite, cela serait naturel mais ne prouve rien quant à un changement d’état d’esprit général et ne fait que rendre encore plus béant le vide programmatique de la gauche.
Car, bien sûr, il est toujours possible à la gauche de gagner au niveau national en suscitant à son tour le même type de majorité mais ce n’est pas cela dont je rêve
 

(*) cf “L’homme économique, Essai sur les racines du néolibéralisme”, Christian Laval (nrf essais), mais j’en suis à peine au premier quart ! (**) peut-être une piste du côté de “La réification, Petit essai de théorie critique”, Axel Honneth (nrf essais); celui-là, je l’ai fini mais la digestion va être longue.
(archie..25/02/08)

123

Nouvelle-France au Mexique |
La vie à West-Cappel |
Commémoration de la Nakba à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | congobasta
| les requins
| zimesque