• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 9 novembre 2008

9 novembre, 2008

« Quatre nuits avec Anna » de Jerzy Skolimowski – confidences

Classé dans : cinéma — ¤ @ 8:01

j’ai vu  hier à utopia-Toulouse « Quatre nuits avec Anna » de Jerzy Skolimowski où il nous montre que .. comme l’écrit D.F. du canard enchaîné “l’amour s’écrit parfois par des voies détournées«    


Léon (Artur Steranko).. mutique .. une toute petite ville triste, enlisante .. un  « tesson » de Pologne

la bande annonce ..
Image de prévisualisation YouTube mais aussi d’autres extraits sur evene

le synopsis officiel : 
« Dans une petite ville en Pologne, Léon Okrasa est employé dans un hôpital. Il a, dans le passé, été témoin d’un viol brutal. La victime, Anna, est une jeune infirmière qui travaille dans le même hôpital. Léon passe son temps à espionner Anna, à la guetter de jour comme de nuit. Cela devient une véritable obsession… Un soir, il finit par s’introduire dans l’appartement d’Anna par la fenêtre qu’elle laisse entrouverte. Alors, Léon s’installe sur son lit, l’observe dans son sommeil, s’imprègne de son univers. Où s’arrêtera t-il ? »

confidences :
j’étais dans un centre de rééducation fonctionnelle après un accident
aux repas nous nous retrouvions toujours les mêmes six pensionnaires.. six « handicapés du moment » parmi d’autres
en face de moi Eric.. un mec tout abîmé.. qui avait doublé sur une route nationale et qui s’était retrouvé tout écrabouillé.. même sa voix avait changé disait-il

il illuminait mes repas de sa présence .. de son humour.. de son intelligence..  les autres?? .. je ne savais pas.. juste je les apercevais.. lui me fascinait

et puis un jour.. Eric est parti
toute la tablée est allée l’accompagner.. moi je ne pouvais pas.. j’étais effondrée..
pourquoi?.. est-ce que je sais moi?.. je vis sans penser.. comme un animal.. et là l’animal geignait..

pendant que les autres faisaient leurs adieux.. moi j’étais assise contre une cloison de ma chambre et je sanglotais.. je sanglotais

et c’est là que j’ai senti un bras qui entourait mes épaules.. juré!.. j’ai cru que c’était Eric qui était remonté
non!.. c’était Marc.. un autre pensionnaire de notre tablée
j’ai été surprise.. j’ai eu même un peu peur .. Marc ne parlait pas beaucoup.. et puis il était un peu particulier.. disons qu’il m’avait semblé qu’il ne comprenait pas tout.. en tous cas pas tout de suite

il était donc là.. assis tout près de moi
« c’était ton amant?
-non, pourquoi?
-comme tu pleures!! »..
oui! c’est vrai.. il avait raison Marc.. c’était ridicule.. mais chez moi tout est gratuit.. ça ce n’est pas simple à comprendre

et cette « vie entre parenthèse » a continué

nous avions des chambres individuelles.. un voisin de couloir .. m’a avertie..
« tu devrais fermer ta chambre à clef.. il y a des rôdeurs la nuit »
bien sûr les précautions valent pour tous.. sauf pour moi.. moa.. rien ne peut m’arriver!.. je n’ai donc rien changé à mes habitudes.. pourquoi faire d’abord!!
et une nuit.. je me suis réveillée.. Marc était là.. penché sur moi..
j’ai crié
« chhhhht.. tais-toi!.. je ne te veux pas de mal.. je te regardais dormir c’est tout »

c’est tout!!!!!!.. il était barge le mec ou quoi?
la vérité?
la vérité .. c’est que j’ai trouvé ce mec complètement taré.. complètement abruti.. que j’ai refusé de lui re-parler..
pire!.. que j’ai devancé mon départ bien que ma rééducation n’aie pas été terminée..
re-pire.. arrivée chez moi .. (mais ça c’est une autre affaire)..

.

alors  moi.. en regardant ce film « Quatre nuits avec Anna » de Jerzy Skolimowski .. moa..  je me suis totalement identifiée à Anna (jouée par Kinga Preis) qui ne s’est pas sentie honorée par cet amour  bien étrange tout de même!! ..

 G17335802408512 dans cinémaparce que ce film.. cette histoire.. elle touche plus à la folie qu’à l’amour..

.

reste que le film de Jerzy Skolimowski est effectivement « obscur et bouleversant » .. que c’est bien l’histoire d’un « rôdeur, voyeur, ténébreux, onirique, tantôt glauque et tantôt d’une innocence bouleversante ..  que Léon est « un personnage étrange » .. que ce film est    »un suspense trouble et diffus que Skolimowski filme avec habileté »   .. c’est vrai que « ce film [est] très simple et très beau  [qu'il] a la pureté sans concession, le tranchant d’une oeuvre de Robert Bresson » .. mais il est vrai.. que moi aussi.. 

« Même en fermant les yeux, je vois encore la boue, la grisaille, les briques, un univers mouillé«   .. 

et si c’était seulement ça que je peux retenir.. tant l’ »amour » de Léon pour Anna me glace?.
tour à tour Jean -Baptiste Morain des Inrockuptibles .. Marie-Noëlle Tranchant du Figaroscope..  Pierre Murat de Télérama .. David Fontaine du Canard Enchaîné.. François Forestier du  Nouvel Obs 

Nouvelle-France au Mexique |
La vie à West-Cappel |
Commémoration de la Nakba à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | congobasta
| les requins
| zimesque