• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 18 décembre 2008

18 décembre, 2008

Affaire Royal: relaxe pour l’accusatrice – harcellement – témoignage

Classé dans : actualité,perso — ¤ @ 23:28

source AP

« Pierre Royal, cet enseignant acquitté en appel dans une affaire de viol devant les assises du Cantal qui a ensuite décidé de poursuivre son accusatrice pour dénonciation calomnieuse, n’a pas obtenu jeudi gain de cause devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) »

ben voyons! M. Royal se disait victime d’un désir de vengeance pour une raison inconnue.. et puis comme la plainte avait été classée sans suite pour insuffisance de preuve.. c’est l’accusé qui s’est fait accusateur pour outrage.. classique!!.. la raison du plus fort..

j’ai connu ça.. certes ce n’était pas un viol.. mais c’était peut-être aussi douloureux

la première fois que j’ai osé me plaindre ça a été à mon chef de service.. malheureusement pendant mes heures de service.. parce que ça se passait pendant les heures de service.. et que je n’arrivais plus à gérer cette agression
résultat.. une journée de salaire sucrée
jubilation des deux sagouins qui se sont fait un plaisir de me l’annoncer!!

.

Affaire Royal: relaxe pour l'accusatrice - harcellement - témoignage dans actualité IS581-039

.

alors je suis allée voir les flics.. toute seule comme une grande.. j’ai déposé plainte pour harcellement

bon.. j’étais encore en faute.. c’était encore pendant mes heures de boulot.. je ne l’ai réalisé qu’après.. au commissariat.. quand le flic a pris ma déposition.. et qu’il a dit l’heure
mais c’est que je tentais d’échapper à l’enfer.. je ne pouvais plus passer la porte de mon lieu de travail!

c’était un brave ce flic.. sûrement un peu alcoolo.. et pas tout à fait à jeun .. mais paternel
j’étais perdue.. il m’a parlé doucement.. je me suis sentie rassurée
« vous ne devez pas accepter.. vous devez être courageuse.. faut vous défendre »
j’ai eu l’impression qu’enfin quelqu’un.. un flic.. un homme.. un père.. me tendait la main
alors j’ai tout dit.. tout.. j’ai dénoncé.. dénoncé

mais sortie de là.. j’ai paniqué.. en avais-je trop dit?.. ou pas assez?.. et les preuves?.. à part ma parole?.. quelle preuve?.. quel témoignage?.. tout le monde se taisait!!.. allais-je être poursuivie pour diffamation?

*je n’ai pas été vraiment surprise quand j’ai été convoquée à ce même commissariat où j’avais déposé plainte
pour moi .. il n’y avait pas de doute.. les autres avaient porté le coup

.au départ.. je craignais que ce soit encore une question d’heure.. de toute évidence.. il ne s’agissait pas de ça

mon compagnon n’a pas compris ce qui se passait
j’ai prétendu que moi non plus.. qu’il me fallait aller voir
“tu veux que je t’accompagne?
-mais non!! pas besoin.. ce n’est sûrement rien.. un problème d’excès de vitesse.. ou de stationnement interdit
je craignais .. mais je n’allais pas lui raconter
parce ce qu’il y a de terrible dans ces agressions sexuelles.. c’est que la victime se sent coupable.. coupable d’avoir fait naître chez l’autre ce genre de réaction.. ce genre de convoitise
d’ailleurs il n’y a qu’à entendre :
« comment se fait-il qu’ils se sont sentis autorisés?.. qu’ils ont osé? .. qu’est-ce qui a fait dans ton comportement .. les jupes trop courtes .. les cheveux trop longs.. moi par exemple j’aurais..
j’aurais rien du tout!!!.. j’aurais qu’on ne comprend pas ce qui nous arrive!!!.. qu’on ne voit pas ce qu’on a de trop ou de pas assez

et donc je suis allée au commissariat
j’espérais bien retrouver le premier.. le gentil.. non!
là un espèce de Lepen en jeune m’a reçue avec un regard tout juste convenable.. il m’a détaillée l’air gourmand
ce qui semblait l’intéressait c’était les détails croustillants.. du moins j’en avais l’impression.. toujours ce sentiment de culpabilité
il avait envie de savoir jusqu’où ils étaient allés
voyant que j’avais du mal à me confier.. il a changé de tactique
il s’est mis à jouer les psy(s) genre trois-sous-de-chez-monopry.. c’est moi qui disait-il en voulais à ces pauvres hommes-victimes .. c’est moi qui n’avais pas dû obtenir satisfaction et qui voulais me venger

pas satisfaction de la part qui?.. me venger de quoi?

je me suis mise à sangloter
le téléphone à sonné
“c’est presque bouclé.. juste un petit quart d’heure”
je ne sais pas à qui il parlait.. son supérieur peut-être.. il avait des ordres de faire vite et bien?? .. à moins que ..
j’avais l’impression que j’étais ..en plus ..victime d’un complot
je tremblais assise comme une coupable dans cet espace.. coincée entre les bureaux.. seule face à ce zozo

j’ai réalisé que j’avais mes jambes croisées .. mes genoux trop visibles.. trop provoc’
j’ai pris une posture humble.. comme toute bonne « coupable » qui se respecte

et puis.. ce devait sûrement être bientôt l’heure de la pose.. ou le moment d’aller accompagner ses enfants à l’école.. est-ce que je sais?
il m’a expliqué rapide.. qu’il n’était pas dans mon intérêt de poursuivre.. qu’ils se défendraient.. que j’en serais pour mes frais
il était clair.. de toutes façons .. que c’était moi qui étais en faute
il m’a bien expliqué que je faisais ma chochotte.. que je me plaignais de procédés qui se pratiquaient partout.. que j’étais une faiseuse d’histoires.. pire.. une paresseuse.. que je m’évertuais à faire perdre beaucoup de temps à plein de gens honnêtes et sérieux.. de vrais pro.. eux!

bizarre.. mon chef de service m’avait tenu à un poil près ..les mêmes propos

alors les choses se sont éclaircies.. il m’avait convoquée pour faire pression sur moi.. pour que je retire ma plainte
je l’ai surtout compris quand il m’a tendu une feuille et qu’il m’a demandé de la signer
j’ai signé.. j’ai signé l’arrêt des hostilités
et les deux sagouins ont de nouveau jubilé

mais je n’arrivais pas à vivre!.. les deux accéléraient leur procédé.. je me sentais traquée

j’ai souvenir de cette braguette.. de cette ceinture de cuir.. de cette salle vide où j’étais assise..l’autre debout à 20cm de moi.. obligation que j’avais.. obligation!!
et puis .. j’avais beau demander de l’aide.. j’avais cette sensation que tout et tout le monde contre moi
dans mon travail.. mes consoeurs.. mes confrères.. ils avaient tous de bonnes raisons de se taire.. de ne rien voir

heureusement.. chez moi.. mes intimes voyant que j’étais en train de vaciller.. que j’allais me noyer.. leur conseil a été sauve-qui-peut
« tu ne vas pas tout de même te suicider!!! tu es en train de mourir là.. fuis!!! »
je me souviens..
j’ai fui

IGP1284 dans perso« sauve qui peut » de Ferraris

un professionnel à qui je me confiais m’a conseillée de poursuivre l’affaire.. de leur faire « bouffer la poussière »
je n’en ai rien fait.. ça suffisait
j’ai tout quitté.. tout ce qu’était ma vie.. mes ex-amis.. mes ex-copains.. mon ex-lieu
fallait que ça cesse.. c’était une question de survie
je ne me suis plus connectée comme on dit sur le oueb

plus tard.. quand ces messieurs s’en sont pris à une autre femme.. cette autre personne m’a demandé de venir témoigner
« excuse-moi.. je sais que je n’ai rien fait pour t’aider.. je n’avais pas compris »

il n’y avait plus rien à comprendre.. c’était fini.. et puis .. dois-je l’avouer?.. j’ai encore peur.. comme si.. là aussi j’avais été marquée au fer rouge

pourquoi encore une fois .. je ne me suis sentie sale .. sale fille.. sale grisette?

ajout  aujourd’hui vendredi à 12h50.. message de Fatima.. :  « Bonjour .,  .. J’ai moi-même vécu des choses identiques. . J’ai mis longtemps à m’en remettre. D’ailleurs je n’en suis pas remise encore. »

merci Fatima.. moi non plus.. je n’en suis pas encore « remise » .. même si j’ai mis un peu de sable dessus pour que ça ne se voie plus à l’oeil nu.

123

Nouvelle-France au Mexique |
La vie à West-Cappel |
Commémoration de la Nakba à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | congobasta
| les requins
| zimesque