• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 17 avril 2009

17 avril, 2009

les muets devant la mer – Franz Baermann Steiner (traduit par P.Deshusses et B.Hoepffner)

Classé dans : moi j'aime — ¤ @ 8:00

merci à Pallaksch qui m’a permis de découvrir Franz Baermann Steiner

Désiradeles muets devant la mer - Franz Baermann Steiner (traduit par P.Deshusses et B.Hoepffner) dans moi j'aime Antiiles1-_Desirade

Daniel Cosset

Debout, les amants s’appuyaient contre la rambarde,
Sentaient l’obscurité, et chacun l’obscurité de l’autre,
Sentaient la pierre et le fer, et muet
Chacun savait anxieuse la bouche de l’autre.

Les vagues berçaient la solitude dans le ressac,
Les quais muets glissaient jusqu’au fond.
Un bateau sombre, immobile, portait son étoile à l’aplomb de la proue,
Soudain calme, le bateau sous ordre et une mort.

«je suis la peur et le corps» disait dans l’ombre la bouche muette,
«toi qui me connais, emmène-moi et moi avec la nuit.»
«je suis le souhait sans baume, le désir, qui s’effondre en lumières»,
Gémissait l’autre bouche dans une douleur gardée muette.

(Franz Baermann Steiner)

 

Nouvelle-France au Mexique |
La vie à West-Cappel |
Commémoration de la Nakba à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | congobasta
| les requins
| zimesque