5 mai, 2010

Sarkozy veut karcheriser l’école – haine – témoignage perso

Classé dans : actualité,perso — ¤ @ 20:20

article écrit en mai 2009 réactualisé ce 5 mai 2010

Image de prévisualisation YouTube

c’était l’an dernier

« les personnels de direction et d’encadrement » des établissements scolaires à faire ouvrir les cartables des élèves sera prêt « dans les premiers jours de juillet ». Des « équipes mobiles d’agents » seront également mises en place auprès des recteurs d’académie. Le président reprend ainsi deux idées phares du ministre de l’Education Xavier Darcos. »

la suite dans le Nouvel Obs

la fouille?.. ça n’était pas autorisé?.. pourtant il y a une vingtaine d’années ..

ça se passait dans un quartier de Toulouse dit « difficile »
je ne sais pas trop s’il y avait des problèmes.. certains parents le sous-entendaient .. mes parents disaient qu’il ne fallait pas dramatiser
en tous cas.. les enseignants riaient bien à la récré.. et nous nous avions tout loisir de nous disputer sans qu’ils aient besoin d’intervenir
je me souviens même de grands qui venaient à la grille pour gratter sur leur guitare et qui nous chassaient pour ne pas trop se faire remarquer
ce qu’ils faisaient d’autre? .. je ne sais.. j’avais l’impression qu’ils venaient voir leurs copains d’avant
un jour les flics sont arrivés.. on n’a plus vu les grands
moi j’ai regretté

nous avions une directrice.. un peu vieille.. madame P.
elle arpentait le préau l’air préoccupé.. puis s’arrêtait pour nous parler de ses chats
on la trouvait gentille .. « trop brave » disait maman.. je crois qu’elle faisait référence aux retards des enseignants.. moi j’aimais bien.. on attendait dans la cour en rang.. madame P. nous y gardait en attendant que le maître arrive
c’était son rôle sûrement.. et gronder les élèves indisciplinés

un jour.. dans notre classe un pot de colle a été volé.. un pot de colle blanche qui ne collait rien.. mais qui sentait la pâte d’amandes
grosse colère de la prof.. et puis.. elle a fouillé nos cartables.. et le pot de colle a été trouvé dans la sacoche d’Isa
j’aurais soupçonné tout le monde (surtout les garçons) sauf elle
mais la vérité était que j’étais contente parce qu’elle était toute rose.. elle n’avait pas une tête d’Arabe.. et puis elle ne se mélangeait pas trop à nous.. donc c’était bien fait

comme d’ab’.. Isa a dû aller voir la directrice pour se faire gronder..
je me suis portée volontaire pour l’accompagner.. je connaissais le chemin
j’ai su faire.. j’ai été polie.. j’ai frappé à la porte.. madame P. est sortie.. je me suis empressée de lui exposer la situation
« Isa a volé.. Madame B. veut que vous la grondiez »

ça a été rapide.. au lieu de parler.. elle nous a poussées à l’intérieur du bureau
j’ai senti d’emblée que j’étais importante.. c’était un peu comme si j’allais aussi gronder Isa.. et à mon avis.. elle le méritait bien

j’ai cherché des yeux une chaise.. il y en avait une dans le coin .. près du placard
je me suis assise .. et j’ai été très sage.. et très attentive.. persuadée que j’aurais des explications à donner

madame P. s’est mise derrière son bureau et à parler très gentiment.. très doucement.. et Isa a avoué
un moment j’ai même pensé que nous allions repartir avec quelques bonbons en poche tant c’était tranquille

et tout à coup.. je n’ai pas compris.. madame P. a élevé le ton
« donne moi ton tee-shirt »
Isa a enlevé son tee-shirt et l’a tendu .. Isa &tait en marcel
« maintenant donne moi ta jupe »
Isa a ôté sa jupe .. elle a commencé à geindre.. (moi aussi.. en sourdine).. et elle a donné sa jupe .. Isa était en marcel et culotte
madame P. est passée de l’autre côté du bureau
« maintenant donne moi tes chaussures »
Isa s’est mise à pleurer.. moi j’ai commencé à m’inquiéter
« ALLEZ.. DEPÊCHE TOI.. DONNE MOI TES CHAUSSURES »
là.. la directrice hurlait.. Isa transpirait.. elle n’arrivait pas à ôter ses chaussures tant elle tremblait.. elle m’a jeté un regard désespéré.. un appel pour l’aider à dénouer ses lacets
je l’ai aidée.. Isa était en marcel.. culotte.. et socquettes
« VOILA CE QUE C’EST QUE DE VOLER!! .. PUISQUE TU VOLES MOI AUSSI JE TE VOLE »
je faisais « oui » de la tête en regardant Isa .. moi je n’avais rien fait.. je ne voulais pas être accusée
le pire ça a été quand elle a hurlé
« DON-NE-MOI-TES-CHAUS-SET-TES!!!! »

là je me suis relevée .. j’ai mis mon bras autour de son cou d’Isa
« non.. elle ne peut pas.. sa maman ne veut pas.. elle ne le refera plus.. hein Isa?.. dis le à la directrice que tu ne le referas plus »
le bureau était petit.. la fenêtre était haute.. il y avait des barreaux.. et la porte était loin
Isa entre deux sanglots.. deux gros gros sanglots
« je ne le referai plus
-PROMETS!l
-..
-elle promet
-PROMETS!
-je promets »

Isa s’est rhabillée.. je l’ai aidée.. il me tardait de sortir de ce lieu
quand on a été dans le hall .. avant d’arriver dans la cour qu’il nous fallait retraverser.. j’ai essuyé ses yeux de mes mains
« on ne dit rien d’accord?.. faut pas que les autres voient que tu as pleuré.. elle est fffffffolle »

j’avais la haine.. j’avais honte pour Isa.. elle avait été violentée.. humiliée .. je ne voulais pas que les autres se moquent .. je ne voulais pas qu’Isa soit marginalisée.. pour un pot de colle à deux balles

……………………………..

la violence dans les écoles? .. pas sûre que ce soit le fait des enfants .. en tous cas pas toujours .. en tous cas pas souvent .. jamais

 

cessons de gamberger

la violence des enfants

n’est pas innée

elle s’apprend (aussi) à l’école

tout comme la haine!

.

elle n’est qu’une réponse

à celle des adultes

……………………………..

aujourd’hui .. Sarko nous parle de la création d’un dossier de « décrocheur »:

la circulaire de rentrée, signée par M. Blanquer, rappelle que ce principe de non transmission des informations ne saurait être absolu dans l’éducation nationale. Dans un passage qui ne concerne pas les applications informatiques mais porte sur les « élèves en grande difficulté », elle indique qu’« en cas de danger présumé, après une réflexion partagée au sein de l’équipe éducative et, le cas échéant, avec les partenaires, les informations préoccupantes sont transmises au Conseil général et, dans les situations les plus graves, au procureur de la République ». C’est cette potentialité de transmission de données, liée aux affaires de sans-papiers et plus largement aux tentations politiques « sécuritaires », qui alimente la défiance des contestataires.

Dans quelle mesure les enseignants ne sont-ils pas complices de telles mesures qu’ils s’empresseront d’appliquer?

 

12345...69

Nouvelle-France au Mexique |
La vie à West-Cappel |
Commémoration de la Nakba à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | congobasta
| les requins
| zimesque